Anciens concerts

Anciens concerts (liste non exhaustive)


1985 : Te Deum de M.A Charpentier

1986 : Messe en do majeur d’Anton Bruckner



1987 : Messe brève en Do majeurde W.A. Mozart1988 :

  • Magnificat de Francesco Durante
  • Te Deum d’Henri Purcell
 

1989 : 3 extraits des  Vesperae solennes de confessore , de Mozart

  • I. Dixit
  • II. Laudate Dominium
  • III. Magnificat

1990 : 5 chœurs de la Renaissance

  • Anonyme –> Réveillez-vous Picard–>Chanson française
  • Anonyme–>Dame albricias, lujos d’Eva–>Noël espagnol
  • John Dowland–>O Now–>Madrigal anglais
  • Hans-Leo Hassler–>Feinslieb–>Madrigal allemand
  • Josquin Des Pres–>El grillo–>Madrigal italien

 Te Deum de Franz Liszt

 Trois Negros spirituals :

  • Go down, Moses
  • Swing low, Sweet chariot
  • Joshua fit de battle of Jerico

1991 : Gloria d’Antonio Vivaldi ( 400ème anniversaire de l’Ecole des Jésuites)

2001 : deux oeuvres de Gabriel Fauré

  • Requiem
  • Cantique de Jean Racine

2003 : Opéra Didon et Enée d’Henri Purcell

2004 : Les Chorals  de la Passion  selon St-Jean de J.-S. Bach, dans le cadre d’une présentation de type dramatique de cette oeuvre.

2005 : Missa Criola de Ramirez

2006 : Missa di Gloria de Giacomo Puccini

2007 : Présentation des 3 premières parties de l’Oratorio de Noël de J-S Bach

2009 : Présentation des 3 dernières parties de l’Oratorio de Noël de J-S Bach

2010 : Te Deum en Ut et Rejoice in the lamb de Benjamin Britten

2011 :

– pour le concert:

  • Ave verum corpus de W.A.Mozart
  • Laudate Dominum en fa majeur de W.A.Mozart
  • Stabat Mater en do mineur d’Emanuele d’Astarga
  • Messe en sol  de Franz Schubert

– participation à la Schubertiade de Porrentruy:

– Concert 2012 Jeudi 10 mai 2012, à l’Aula des Jésuites, à 20 heures, concours d’exécution musicale.Direction:  Mark Kölliker        Piano: Roger Duc

Robert Schumann (1810-1856) :

Né à Zwickau, Robert Schumann est un compositeur allemand. Schumann a effectué sa scolarité dans une école privée, puis a poursuivi  ses études au lycée de Zwickau, où il a notamment étudié le latin, le grec et le français.

La musique de Schumann s’inscrit dans le mouvement romantique.

Le long épisode d’un amour passionné et contrarié pour la virtuose du piano Clara Wieck, devenue finalement la femme du compositeur, marquera la vie de Schumann.  Après avoir connu des troubles psychiques, Schumann sera interné en asile psychiatrique. Il décèdera à l’âge de 46 ans à Endenich.

Schuman est surtout connu pour ses symphonies et ses oeuvres pour piano.

A titre d’exemple, la symphonie n°3 de Schumann a été composée en décembre 1850. Elle est en mi bémol majeur et porte le numéro d’opus 97. Elle est devenue célèbre sous le titre de la « Rhénane ».

Le Chœur du Lycée interprétera Zigeunerleben (« Vie tzigane »), une oeuvre pour quatre voix et piano, dont le texte est du poète allemand, Emanuel Geibel(1815-1884).

Johannes Brahms (1833-1897) :

Brahms est un compositeur, pianiste et chef d’orchestre allemand. Lui aussi est  un des musiciens  de la période romantique. Des liens d’amitié profonds le liaient au couple Schumann. Il est  considéré par certains comme le « successeur » de Ludwig Van Beethoven.

Brahms a passé la plus grande partie de sa carrière à Vienne. Il a composé pour piano, ensembles de chambre, orchestres symphoniques, pour voix et chœurs, mais n’a jamais écrit d’opéra.

Zigeunerlieder est un recueil de onze chants qui ont été composés sur des airs populaires tziganes. Cette oeuvre ne constitue pas un cycle, mais il y tout de même un thème commun entre ces onze chants:  l’amour.

                                                                            

Johannes Brahms (1833 – 1897) :  Zigeunerlieder, op.103

Ces 11 chants tziganes ont été composés par Brahms en 1887. Les textes sont empruntés à un recueil de 25 chants traditionnels hongrois traduits par Hugo Konrat, un de ses amis.

I.    He, Zigeuner, greife

Le Tzigane est invité à faire sonner les cordes de son instrument pour consoler un  amoureux abandonné par une fille infidèle… (… „Spiel das Lied vom ungetreuen Mägdelein !”…)

II.   Hochgetürmte Rimaflut

Je la pleurerai aussi éternellement que couleront les flots de la rivière… ( … „An dem  Rimaufer lasst mich ewig weinen nach ihr !”)

III.  Wisst ihr, wann mein Kindchen

Savez-vous quand ma mie est la plus belle? („Wisst ihr, wann mein Kindchen am allerschönsten ist?”…)

IV.  Lieber Gott, du weisst

Je n’oublierai jamais le premier baiser… (… „ (Ich) Denk so lang ich leb an diesen ersten Kuss.”…)

V.    Brauner Bursche führt zum Tanze

Quand un Tzigane danse la Csarda avec sa belle aux yeux bleus… (… „Dreht sie, führt sie, jauchzt und springt.”…)

VI.   Röslein dreie in der Reihe

C’est à Kecskemét qu’on trouve les plus belles filles à marier… (… „Freunde sucht euch dort ein Bräutchen aus!”…)

VII.  Kommt dir manchmal

N’oublie pas ton serment : aime-moi comme je t’aime !…  (… „Täusch mich nicht, verlass mich nicht,  du weisst nicht, wie lieb ich dich hab.”… )

VIII. Horch, der Wind klagt

Bonne nuit, le moment est venu de nous quitter. Mais Dieu me ramènera vers toi…  („Horch, der Wind klagt in den Zweigen traurig sacht ; süsses Lieb, wir müssen scheiden : gute Nacht.”…)

IX.    Weit und breit schaut niemand

Que tout le monde me déteste, cela m‘indiffère tant  qu’elle/il  m’aime.  (… „Und wenn sie mich hassen, was liegt mir daran ?        Nur mein Schatz, der soll mich lieben allezeit.” …)

X.     Mond verhüllt sein Angesicht

Comment me mettre en colère contre toi alors que je t’aime ?  (… „Wollt ich zürnend dich betrüben, sprich, wie könnt ich dich  dann lieben?”… )

XI.    Rote Abendwolken ziehn Les nuages pourpres du soir enflamment mon cœur. Et je rêve de toi nuit et jour…  (… „Himmel strahlt in glühnder Pracht. Und ich träum bei Tag und Nacht nur allein von dem süssen Liebchen mein.”)

********************

Robert Schumann (1810 – 1856) :  Zigeunerleben, op.29/3

La « vie tzigane » de Schumann est une œuvre composée en 1840 sur un poème en six strophes d’Emanuel Geibel.

  1. Dans la première strophe, on perçoit, à travers un rideau d’arbres, la rumeur floue et les contours vacillant à la lueur des torches de ceux qui se sont installés dans la clairière.„Im Schatten des Waldes, im Buchengezweig, da regt’s sich und raschelt und flüstert zugleich.”…
  2. Ce sont les Tziganes, ceux que le Nil a nourris et que le soleil d’Espagne a brunis.
  3. Dans la troisième strophe, les femmes préparent le repas. On entend des légendes et des chants aussi luxuriants que des jardins hispaniques. Le silence se fait pour écouter des paroles magiques, celles de la plus vieille des femmes.
  4. Ce sont des filles aux yeux noirs qui entament la danse. Personne ne résiste à l’appel d’une danse de plus en plus endiablée.
  5. La fatigue et le mugissement du vent dans les hêtres emportent tout le monde vers le sommeil. Les Tziganes rêvent du pays perdu. „Und die aus der glücklichen Heimat verbannt, sie schauen im Traume das glückliche Land.”
  6. Le jour qui se lève efface les beaux rêves de la nuit. Les Tziganes s’en vont. Qui pourrait dire quelle est leur destination ?…(…) „Fort ziehen die Gestalten – Wer sagt dir, wohin?”
– Concert 2013: John Rutter: Requiem
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s